De jeunes scientifiques en herbe dans le parc National du Diawling



Quoi de plus motivant que de découvrir soi-même pour comprendre et agir. Blandine Mélis, membre de la UICN-CEC, implique les écoliers du village de Bouhajra situé dans le Parc National du Diawling en Mauritanie, dans des actions de terrain concrètes et utiles à la gestion du parc.

La sensibilisation des jeunes dans une salle de classe ne reflète pas suffisamment la réalité de terrain pour assurer une appropriation forte des connaissances et du respect de la Nature. Au travers de son Plan d’Aménagement et de Gestion, le Parc National du Diawling s’est engagé à faciliter la découverte de son territoire auprès des enfants localisés dans et à la périphérie de son espace.

En 2015, un projet pilote, soutenu par le Réseau des Aires marines Protégées d’Afrique de l’Ouest (RAMPAO) propose de sortir les enfants de l’école et de les amener au cœur d’un territoire préservé.

Les activités ont toutefois débuté par une séance pédagogique dans la classe durant laquelle les enfants se sont interrogés sur les thématiques liées au parc : conservation des espèces et des habitats, gestion de l’eau, ressources durables, pollution, désertification, espèces envahissantes, etc.). Ils ont également visionné un film documentaire réalisé par les agents du parc sur l’unique colonie de nidification connue de flamants nains (Phoeniconaias minor) en Afrique de l’Ouest.

Cette première session est suivie de deux à trois sorties de terrain où les jeunes jouent un rôle actif d’observ’acteurs du milieu. En effet, le parc assure le suivi d’espèces indicatrices de l’évolution et de l’état de santé de sa biodiversité. Les jeunes, accompagnés par les agents de terrain, reconnaissent les espèces et les indices les caractérisant (dénombrement des oiseaux, traces de mammifères et reptiles) au moyen d’outils mis à leur disposition (longue vues, jumelles). Les protocoles d’observation utilisés par les agents du parc sont adaptés aux enfants qui s’investissent dans la collecte des données en complétant les fiches mises à leur disposition. Il s’agit d’inviter les enfants à « enquêter » sur la base d’un questionnement scientifique et de les inciter à chercher eux-mêmes les réponses aux questions qu’ils se posent. Un effort tout particulier sera mis en œuvre par le Département de la Conservation pour analyser les données recueillies et restituer ainsi aux enfants le résultat de leur recherche.

D’autres activités pratiques d’appui à la bonne gestion du parc sont également réalisées sur le terrain dans la mesure des capacités de chacun : entretien de la pépinière de Sporobolus robustus du parc, participation à la transformation du Typha australis en charbon, ramassage des déchets dans et à proximité de l’établissement scolaire.

Pour susciter l’émulation des participants et encourager les initiatives, les jeunes sont appuyés pour mettre en valeur leur mobilisation et leur participation à partir de différents supports artistiques: poème, dessin, sketch, chanson, herbier. Les gagnants seront récompensés lors d’une cérémonie de clôture du projet en fin d’année.

Ce projet pilote de science participative, adapté au contexte local, a pour vocation de stimuler la curiosité et la vivacité des enfants qui progressivement prennent à cœur leur rôle d’observateurs et d’acteurs de tout premier plan.


Join the Conversation
comments powered by Disqus

Some of our Working Associations